L’Etat finance-t-il une idéologie sur Instagram?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on linkedin
instagram etat

Comme beaucoup, j’utilise les réseaux sociaux, et tombe sur des vidéos d’actualité. Il est clair que la plupart du temps, celles-ci sont clairement engagées, et dans l’absolu, ça ne me pose pas problème. En revanche, deux choses ont tendance à me titiller. D’une part, pourquoi est-ce que ce contenu vient de journalistes censés rester neutres? Et d’autre part, est-ce que l’Etat apporte un soutien financier? Car dans ce cas, la neutralité de la presse publique est à exiger. Pourtant, il semblerait que les médias publics ont choisi leur camp… Dans cet article, je vais traiter de la ligne éditoriale de certains médias publics présents sur Instagram.

Transmettre les valeurs républicaines, un principe fondamental

L’Etat nous accompagne depuis notre plus tendre enfance. Il nous a d’ailleurs partagé ses valeurs républicaines à travers nos programmes scolaires. En effet, cette pratique est commune à tous les états qui promeuvent leur manière de fonctionner, en France, la démocratie.

A la république se rattachent un certain nombre de valeurs, comme la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité, la démocratie et le fait qu’elle soit sociale et indivisible. Dans la suite de cet article, je ne remettrai pas en cause ces valeurs fondamentales. Chacun est libre d’avoir un avis dessus, et je n’entrerai pas ce débat.

En revanche, je vais tenter de mettre en lumière certaines dérives de médias pourtant publics qui mettent en avant une idéologie politique qui n’a pas sa place.

Un média public doit-il être neutre ?

A ce moment de ma réflexion, j’en suis arrivé à me poser cette question. Après tout, qu’est ce qui interdit France Info par exemple d’être engagé pour une cause? Pourquoi n’auraient-ils pas le droit de choisir? Et surtout, qu’en dit la loi? J’ai trouvé une première réponse sur le site du Conseil de l’Europe. La France doit à ce propos suivre ses directives.



Les médias de service public (MSP) sont donc censés respecter ces impératifs. Ils doivent :

  • Fournir des informations impartiales.
  • Offrir des opinions variés.
  • Permettre aux différents groupes sociaux d’échanger.
  • Rester indépendants de toute influence politique.

La dérive idéologique de certains médias publics

Certains médias sont détenus par l’Etat, tandis que d’autres sont privés. Comme vous l’avez compris, je me concentre dans cet article sur les médias publics qui reçoivent donc des subventions de l’Etat.

Alors, sont-ils vraiment impartiaux? Proposent-ils une diversité d’opinions? Pas vraiment.

Prenons par exemple le cas de France Info qui a débarqué sur les réseaux sociaux, et notamment sur Instagram. Leurs journalistes y publient du contenu très régulièrement, il va donc être facile de se faire un avis sur la question.

?

Qui finance France Info ?

France Info appartient au groupe public français France TV. C’est l’Etat qui est actionnaire du groupe, et possède 100% des actions. Ce sont donc des deniers publics qui servent à rémunérer les journalistes.


En cherchant, je constate qu’en général, le contenu est neutre. Il présente l’actualité en essayant de s’élever au dessus de tout débat.

Cependant, on tombe sur des contenus engagés, quand la rédaction invite par exemple Abd Al Malik, rappeur engagé et talentueux et qui se positionne du côté d’Assa Traoré. Et face à cet opinion, pas de contre-poids, pas d’avis opposé. Le débat n’est pas équilibré. Seule une opinion est partagée.

Lors de mes recherches, je suis également tombé sur les travaux de Julien Pain, rédacteur en chef chez France Info, et dont le travail est très controversé. Pour cause, il est accusé de très souvent prendre parti . D’ailleurs, il se targue de lutter contre les intox, comme ses collègues d’Arte et du Monde. Ce qui revient en fait souvent, c’est le combat qu’il semble mener contre la fachosphère qui se déchaîne manifestement et fait pulluler les fausses informations.

D’ailleurs, pourquoi la “fachosphère” s’attaquerait-elle à un journaliste neutre offrant un travail objectif? Il semblerait que Julien Pain suscite, par ses prises de positions l’indignation. Pourquoi ? Parce que ces programmes sont proposés par un organe de presse public. Ce n’est tout simplement pas son rôle. Il avoue d’ailleurs ne pas être objectif dans un de ses épisodes. Si le sujet vous intéresse, le site engagé Damoclès a écrit un article à son sujet.

Au delà de l’idéologie, France Info s’est également distingué pendant la période de confinement. En effet, ce média censé rester neutre et indépendant s’est véritablement fait porte-parole de l’Etat. Comme souvent, c’est par l’intermédiaire de “spécialistes” que France Info fait passer ses messages.

Ici, on entend un médecin qui explique que le port du masque n’est pas obligatoire. C’est exactement le message que fait passer l’Etat au même moment.

Pourtant, retournement de situation. France Info donne désormais la parole à des personnes qui n’ont plus le même avis sur le coronavirus. Au même moment, l’Etat a lui aussi évolué sur la question.

Une étonnante corrélation entre la presse publique et l’Etat. On a l’impression que c’est la presse publique qui prend la défense de l’Etat. Pour rappel, la presse publique doit rester indépendante de toute influence politique.

Un réel impact sur les jeunes ?

Faut-il vraiment prendre cette influence avec tant de gravité? Certains seront tentés de penser que les médias publics cherchent à faire naître le débat. Encore faudrait-il que les différents points de vue soient proposés aux internautes. Par ailleurs, on peut se demander si les internautes sont si manipulables que ça.

Pour moi, le problème est de taille. Il est même bien supérieur à ce qu’on pense. J’ai constaté l’impressionnante influence des médias sur les autres jeunes à qui je parle et qui ont adopté le discours que les réseaux sociaux leur proposent.

Les publicitaires ont très bien compris le pouvoir des réseaux sociaux sur les jeunes.

Regardons quelques chiffres concernant les utilisateurs des réseaux sociaux et particulièrement Instagram.

Sur Instagram :

  • 73% des 16/25 ans utilisent Instagram.
  • 18 millions de Français utilisent quotidiennement.

Source : OnlySo

Résultat : les adolescents sont les plus exposés à ces médias.

Pour moi, il est clair que les réseaux sociaux ont un impact majeur sur les opinions des futurs adultes. Ce sujet qui me parait très important fera peut-être l’objet d’un article.

Une démocratie faussée

Sur le long terme, cette pratique est injuste. Elle fausse tout, car elle influence les futurs votants. De telles techniques d’influences ont toujours existé, mais jusque ici, les médias orientés étaient payés par des acteurs privés. Si l’Etat finance aussi généreusement des médias orientés, les chances ne sont plus équitables. D’un côté, le courant de pensée étatique est largement relayé, de l’autre, les idées divergentes peinent à remonter à la surface.

Et le rôle d’Instagram ?

Peut-on dire qu’Instagram prend parti? Je ne sais pas si on peut l’affirmer , mais ce qui est sûr, c’est que son algorithme favorise un type assez particulier de contenu. Il favorise d’une part les vidéos longues (de plus d’1 minute), pour encourager le développement d’IGTV. Enfin, l’algorithme d’Instagram est friand des publications qui suscitent de fortes récations. Et il favorise aussi le contenu régulier. Deux critères que France Info a très bien intégrés.

Ainsi, on retrouve très régulièrement dans l’onglet “Explorer” des vidéos de France Info, dont certaines dont l’impartialité est contestable. Voilà donc pourquoi France Info publie de nombreuses vidéos polémiques, le tout très régulièrement.

On pourrait également parler d’Arte qui publie des vidéos chaque semaine sur Snapchat. Le but : lutter contre les fakes news et les intox. 🤔Une mission que le service public semble s’être attribué depuis quelques années. Et souvent, ceux qui s’érigent en défenseurs de la vérité défendent plutôt leurs idées. Ils réfutent toute accusation, et derrière une carte de presse, défendent aussi les choix du gouvernement. Une fois de plus, les médias semblent souffrir d’un manque de neutralité. Pour en savoir plus à propos d’Arte, je vous renvoie vers un autre article qui en parle plus spécifiquement. (cet article traite factuellement de l’arrivée d’Arte sur Snapchat).

Enfin, si le sujet vous a intéressé, je vous propose quelques autres articles, pétitions et réflexions sur lesquels je suis tombé pendant mes recherches.

https://damocles.co/petition-stop-subventions-medias/

https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/268470-qui-le-pouvoir-de-linformation-en-france

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-jeudi-14-fevrier-2019

https://paris-luttes.info/de-la-neutralite-des-medias-5888

Source de l’image à la une : Encavasser

Laisser un commentaire